Articles Tagués ‘luke’

Les ballades rock, les chansons énergiques ou de rupture… Quel groupe n’a pas un jour consacré une chanson à un prénom ? Les plus grands artistes de rock s’y sont collés, que ce soit le King Elvis Presley, les infatigables Rolling Stones ou des Guitar Heroes comme Eric Clapton ou Jimi Hendrix.

Je vous propose cette semaine une playlist qui regroupe 20 morceaux de rock qui célèbrent un prénom, en français ou en anglais. On y retrouve des grands noms du rock et des moins célèbres. Et une attention toute particulière pour le regretté Alain Bashung et ses deux morceaux les plus connus, Gaby oh Gaby et Osez Joséphine. Enjoy!

Depuis 2010, Luke n’a pas sorti d’album. On attendait (plus ou moins) patiemment des nouvelles, un concert ou un retour. Puis – surprise! – le compte Facebook du groupe annonce la pause solo de Thomas Boulard. Passé la déception, on se dit que c’est peut-être une nouvelle aventure tout aussi intéressante musicalement. Puis les abonnés à la newsletter du groupe reçoivent la pochette de l’album à venir dans leur boîte mail. Les choses se précisent, l’impatience grandit…

Après quelques (interminables) mois d’attente, le chanteur sort enfin son album, Shoot, sous le pseudo de Thomas B. Va-t-il être à la hauteur de l’attente qu’il a suscitée ?

Le premier extrait qui filtre, Comme on respire, est un bonheur pour les oreilles. Il poursuit, approfondit, la direction qu’avait prise Luke sur le dernier album D’autre part. Un rock plus apaisé, des textes toujours aussi ciselés et une voix qui n’a pas changé.

Shoot est à l’image de ce premier extrait. Les textes, qui font toute la saveur de l’écriture de Thomas Boulard, sont impeccables. On sent le poète et l’amoureux de la langue française et en même temps l’engagement. A chaque morceau, c’est une histoire différente qui se dessine. Toujours urbaine, ancrée dans le XXIe siècle, mais inquiète de l’avenir. Ce souci du texte et de l’histoire me fait dire qu’il incarne la relève du rock français à texte, qu’on avait trop souvent mis de côté.

Côté mélodie, la voix de Thomas B est plus posée. Il n’hésite pas à chercher les aigus, jouer sur les nuances tout en douceur. Shoot est très épuré, fait la part belle au vocal. Les harmonies en fond sont agréables, font un bel accompagnement mais sans percée particulière.

Reste que Thomas B est bel et bien de retour, avec encore une fois un univers sans cesse réinventé, et c’est bien sa force. Certes, pas de grand chambardement, mais une ligne bien tracée : pas un morceau ne se ressemble et pas un album ne reprendra l’esprit du précédent. Vivement la suite, en solo ou en groupe.