Du rock, du groove et du sexe, c’est AM des Arctic Monkeys

Publié: 12 septembre 2013 dans Musique
Tags:, , , , , , , , , ,

AM des Arctic Monkeys est sorti dans les bacs depuis ce lundi 9 septembre 2013, pour le plus grand plaisir des amateurs de rock. A la première écoute, il est clair que le groupe anglais d’Alex Turner est en pleine mue… vers les Etats-Unis. Le teenage rock de Fluorescent Adolescent s’efface pour laisser place à un rock plus mur teinté de groove et de hip-hop qui rappelle vaguement le dernier opus des Black Keys, El Camino… Côté voix, c’est un Alex Turner sexy qui susurre à nos oreilles. Mais il manque la pêche habituelle du groupe.

La surprise Arctic Monkeys attaque d’emblée avec Do I Wanna Know ? Si, souvenez-vous, cette chanson qui vous a donné envie d’épouser Alex Turner dès le mois de juillet… Premier extrait dévoilé de l’album AM, il a excité les oreilles du public (et pas seulement des filles) et généré une énorme attente autour de cet opus. Groovy, sexy et rock… Tout ce qu’on attend d’un morceau d’anthologie. Je n’avais pas ressenti ces sensations (à l’oreille toujours) hormis avec Whole Lotta Love de Led Zeppelin. C’est dire. A noter, un clip très sobre – à l’image de la pochette – mais aussi très sexy… à l’image du morceau.

AM enchaîne très fort avec R U Mine ? Encore une question mais cette fois plus familière. On retrouve les Arctic Monkeys qu’on connaît, ceux qui envoient du lourd : le teenage rock, la guitare énergique – quoiqu’un peu plus grave que sur les albums précédents – et une sacrée patate! Seul bémol : ces chœurs qui viennent un peu gâcher la performance à mon goût.

Les deux morceaux qui suivent (One For The Road et Arabella)révèlent les influences hip-hop du groupe de Sheffield. Pourtant pas branchée hip-hop de nature, j’ai beaucoup apprécié le flow d’Alex Turner, l’utilisation judicieuse des chœurs pour donner de la profondeurs au chant. Le point fort de ce diptyque hip-pop : le mélange entre des sonorités rock et/ou pop à l’instrument, et un chant hip-hop.  Les temps laissés entre les refrains et les couplets sont particulièrement savoureux. Le changement d’ambiance est là, mais les accords utilisés reviennent dans tout l’album… bien joué!

I Want It All me laisse perplexe. Côté musique, rien à redire. Ça joue, c’est efficace. La voix me laisse plus froide – à l’inverse de Do I Wanna Know ? Le morceau me rappelle beaucoup les Black Keys. Peut-être est-ce ici que ça bloque : Arctic Monkeys américanisés ? Sans compter les « shewap shewap shewap » qui ont tendance à m’agacer. Déception sur ce morceau qui commence très très bien.

AM poursuit dans une ambiance milieu de soirée. Cet album m’évoque une soirée arrosée : on commence avec de la pêche et on finit un peu ramolli à mesure que l’alcool s’infuse dans les veines. D’où – sans doute – trois morceaux plus pépères : No.1 Party Anthem qui n’a pas grand chose d’un hymne mais plutôt d’un slow rockabilly, Mad Sounds qui n’a rien de si fou et Fireside qui remonte un peu le niveau. On y retrouve quelques accents qui me rappellent encore une fois le son des Black Keys.

Arrive ensuite Why’d You Only Call Me When You’re High. Voici LE cadeau aux animateurs radio rock francophones… Imprononçable. Niveau musical en revanche, je comprends pourquoi c’est le troisième extrait choisi par les anglais de Sheffield pour teaser l’album. On y retrouve le groove du début d’album avec le côté bourré d’une fin de soirée (vers une heure du matin, quand ça remonte un peu). Gros coup de cœur musical. Le clip est aussi très réussi. Je ne peux m’empêcher de remarquer au passage le choix de coiffure rétro d’Alex Turner. Les aventures capillaires du chanteur ont d’ailleurs fait l’objet d’un article qui m’a bien amusé.

La fin d’album est assez classique mais reste réussie : la tension redescend par grades, avec des sursauts de hip-hop et de rock dans Snap Out Of It (qui me rappelle encore les Black Keys, c’en serait presque agaçant si je n’appréciais pas ce groupe ).

I Wanna Be Yours répond à toutes les questions de l’album (dans les titres) et met d’accord : fin d’album réussie. Pas d’explosion, mais c’est efficace.

Bilan : un album avec quelques morceaux de génie, un peu trop de « shewap shewap » mais une belle reconversion des Arctic Monkeys. J’aime les groupes qui savent se réinventer. J’apprécie donc particulièrement ce changement d’orientation du groupe britannique, ces accents hip-hop mêlés au savoir faire en matière de rock anglais. Un reproche me vient à l’esprit : l’ensemble manque un peu d’énergie.

Publicités
commentaires
  1. flobelon dit :

    A reblogué ceci sur La BoitaBruit and commented:
    La bande d’Alex Turner is back !! Groupe prolifique de la scène rock, les Arctic Monkeys viennent de nous livrer leur dernière galette: « AM ». Audrey vous présente de manière pertinente ce nouvel opus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s